Réchauffement Climatique De la Planète

Il est largement allégué que la science de réchauffement climatique est “installée”. Cela implique que tous les aspects scientifiques majeurs de changement climatique sont bien compris et indiscutables et que les scientifiques essuient maintenant juste quelques détails sans importance. L’allégation est profondément fausse : par exemple on dit que les Etats-Unis seuls dépensent plus de 4 milliards de $ annuellement sur la recherche climatique; et la grande incertitude entoure beaucoup de principes de changement climatique et particulièrement l’ampleur de n’importe quelle causalité humaine sur le réchauffement. Pire encore, non seulement l’inexistence de recherche scientifique claire sur ce domaine, mais sa discussion en public est contaminée par beaucoup d’erreurs, qui mènent directement à la grande confusion publique qui est observée.

On va aborder une explication sur les septs erreurs les plus communes qui soutiennent la discussion publique de l’hypothèse que le réchauffement climatique dangereux est causé par des émissions de gaz à effet de serre humaines.

1 – les scientifiques ont la température historique précise
Des rapports historiques de température pris prés de la surface de la Terre sont soumis aux divers erreurs d’enregistrement qui les rendent incorrecte. Les anciens thermomètres de jours pourrait seulement montrer la température au moment de la lecture et donc les données enregistrées étaient uniquement une lecture chaque jour. Plus tard les thermomètres étaient capables d’enregistrer les températures minimales et maximales et donc les lectures quotidiennes étaient les extrêmes enregistrées en 24 heures. Au cours des 20 ou 30 dernières années les instruments de mesure sont devenus capable d’enregistrer la température à interval régulier, permettant ainsi un calcul plus précis de la moyenne quotidienne de température.

Les températures “moyennes” prétendues tant publié que fréquemment tracé pendant le temps sont initialement basées sur seulement une valeur quotidienne simple, alors que plus tard la moyenne mathématique des températures minimales et maximales est précisée. Bien que des moyennes à base de temps soient maintenant disponibles pour quelques régions ils ne sont pas généralement utilisés parce que la meilleure instrumentation n’est pas uniformément installée dans le monde entier et les données historiques sont une moyenne mathématique de deux valeurs. Le problème est que ces moyennes sont facilement déformées par des périodes brèves de températures hautes ou basses relatives au reste du jour, comme une période brève de faible épaisseur de nuages ou une période courte de vent froid ou de pluie.

Un autre problème sérieux est que les thermomètres sont souvent placés où l’activité humaine peut directement influencer la température locale. [1] c’est non seulement l’effet de “l’île de chaleur urbaine”, où la chaleur produite par le trafic, l’industrie et des maisons privées et ensuite pris au piège par l’environnement physique artificiel cause des températures élevées. Il y a aussi un effet d’utilisation de la terre, où l’activité humaine a modifié le microclimat de l’environnement local par des constructions ou des changements comme le dégagement ou l’envahissement de la terre ou l’agriculture. Seulement et récemment, les impacts climatiques de ces changements humains a commencé à subir des examens minutieux détaillés.

L’intégrité de quelques données historiques importantes est aussi sapée. Les stations météorologiques chinoises diverses ont été revendiquées d’être placées dans des emplacements inchangés de 1954 à 1983 ce qui n’était pas le cas, des données pour une seule station était déplacée 5 fois et jusqu’à une distance arrivant à 41 kilomètres [2]. La mesure de ce problème à une échelle mondiale est inconnue car un simple déplacement de 500 mètres cause un changement significatif de la mesure.

Les températures minimales et maximales observées qui sont enregistrées, bien qu’avec l’inclusion d’influences humaines locales possibles, soient envoyées à une ou plus des trois agences qui calculent “la température globale moyenne”: la NASA, NOAA, le ROYAUME-UNI Hadley Centre. Ces agences produisent des données corrigées et les graphiques qui dépeignent une augmentation significative de la température globale moyenne pendant les 30 dernières années. Cependant, cette hausse apparente peut au moins en partie résulter des altérations diverses de mesures superficielles de température décrites ci-dessus. Personne n’a indépendamment vérifié les rapports de température; la révélation complète de méthodes et des données n’étant pas faite, les agences responsables apparaissent très réticentes pour permettre à un tel audit par une organisation non-gouvernementale d’investiguer.

En réalité, il n’y a aucune garantie que les mesures à base de thermomètre de température reflètent vraiment les températures locales moyennes sans aucune altération. Il n’y a aussi aucune preuve que les calculs de températures globales moyennes sont cohérents et précis puisque les agents utilisent des données et méthodologies différentes.

Il est évident de dire que si nous ne savons pas ce que la température moyenne globale a été et est actuellement, il est évident que le réchauffement climatique est observé au moins sur 3 niveau: le changement du récifs coralliens des algues maritimes dans les océans, la fonte des iceberg et le changement de la saison d’agriculture.

Au Liban, la neige à une altitude de 1000 mètres arrivait jusqu’à 1 mètre de hauteur durant le mois de décembre jusqu’en février, alors et depuis plus de 10 ans sur cette altitude il n’est observé qu’une petite couche de neige et qui ne dure que quelques jours.

2 – Les tendances de température sont significatives et peuvent être extrapolées.

Ces tendances de température tracées au cours des décennies sont significatives et comprises à un degré qu’ils peuvent être projetés, sont l’une des erreurs les plus grandes dans les réclamations du réchauffement climat.

N’importe quelle tendance dépend lourdement du choix de points de fin et de début. Par exemple, selon les températures moyennes annuelles de CRU britannique :

Tendance pour 1900-2006 = 0.72 degrés C/siècle
Tendance pour 1945-2006 = 1.05 degrés C/siècle
Tendance pour 1975-2006 = 1.87 degrés C/siècle,
Aucune de ces tendances n’est désormais correcte.

Malgré l’utilisation commune de tendances de température dans la discussion scientifique et publique, ils ne peuvent pas être utilisés pour illustrer l’effet de serre humain possible sur la température à moins que des événements naturels épisodiques, comme le puissant El Nino puissant de 1998, sont pris en compte.

Les tendances ne peuvent être extrapolées significativement à moins que les scientifiques :

(a) Comprennent à fond tous les facteurs climatiques appropriés;
(b) Sont confiant que les tendances par chaque facteur individuel continueront
(c) Sont confiant que les interactions entre les facteurs ne causeront pas de rupture à la tendance globale.

Le troisième Rapport d’évaluation de l’IPCC de 2001 a inscrit 11 facteurs climatiques possibles et a indiqué que le niveau de compréhension scientifique était “très bas” pour 7 d’entre eux et “bas” pour un autre. Aucune liste semblable n’apparaît dans le Quatrième Rapport d’évaluation récent, mais il contient vraiment une liste de facteurs appropriés à l’absorption et à l’émission de radiation qui montre que le niveau de connaissance scientifique de plusieurs de ces facteurs est toujours tout à fait bas.

Les scientifiques luttent toujours même pour comprendre l’influence de nuages sur la température. Des données d’observation montrent que le nuage à bas niveau à l’extérieur des tropiques a diminué depuis 1998, mais les scientifiques ne peuvent pas être certains que la tendance en diminuant continuera, ni ce qu’une telle diminution signifierait. Possible qu’il existe une “loi” des nuages, comme un thermostat naturel; des hautes températures créeront plus de nuages et cela aura un effet de refroidissement ou de rafraîchissement. [3]
De nouveau, si des événements naturels aléatoires dictent la tendance historique, donc l’extrapolation de la tendance n’a pas de sens. Même si on peut s’attendre à ce que ces événements naturels continuent dans l’avenir, leur sévérité – qui dicte souvent la tendance à court terme – est inconnaissable.

3 – l’exactitude de modèles climatiques peut être décidée de leur production
Une pratique commune parmi des scientifiques climatiques doit comparer la production de leurs modèles climatiques aux données historiques d’observations météorologiques. (En fait les modèles sont d’habitude “ajustés” pour en correspondre des données historiques, mais nous l’ignorons pour le moment.)

L’exactitude d’un modèle est décidée par l’exactitude avec laquelle il simule chaque facteur climatique et la gamme climatique plutôt que la proximité de l’allumette entre sa production et les données historiques. Si le traitement interne est correct alors si sera aussi la production, mais la production apparemment précise ne confère pas d’exactitude sur les gammes internes.

Deux questions pour observer sont :

(a) La combinaison d’un certain nombre d’inexactitudes peut produire la production acceptable si les calculs qui sont “trop haut” contrebalancent ceux qui sont “trop bas”
(b) Si les gammes internes sont en grande partie basées sur les données qui changent presque immédiatement en conséquence d’un changement de la température, donc la production du modèle apparaîtra probablement précise quand comparée aux données historiques, mais il n’aura d’aucun avantage pour prévoir des changements futurs.

4 – le consensus parmi des scientifiques est décisif (ou même important)
Quoique le consensus détermine des décisions légales et politiques dans la plupart des pays, cela reflète simplement le nombre des personnes qui interprètent des données d’une certaine façon ou qui a été sous l’influence des avis d’entre eux. Le consensus ne confère pas d’exactitude ou “de légitimité”.

5 – la dominance de papiers scientifiques sur un certain sujet établit une vérité
Le financement pour la recherche scientifique s’est déplacé vers la détermination selon un consensus, d’où des sommes d’argent publiques sont concernées. La publication revient en fin de compte à un avis quant à si la recherche va probablement être fructueuse. Avant les 20 ou 30 dernières années, on a conduit la recherche principalement par la curiosité scientifique. Que les recherches sont maintenant devenues orientées, ce qui a provoqué un impact dramatique, négatif sur l’utilité de beaucoup de résultats scientifiques. Puisqu’ironiquement, poursuivant la science qui est orientée par la politique ou un consensus politisé pour être “importante” ou “dans l’intérêt public” aboutit souvent aux accomplissements de sciences conformistes et à la mode plutôt qu’indépendants et vraiment utiles.
La science progresse généralement, en se basant sur des études établies auparavant et la pratique habituelle doit citer plusieurs papiers existants pour établir la base d’un nouveau travail. De nouveau la dominance des papiers qui adhérent à une opinion communément admise peut mettre des obstacles majeurs à l’égard de l’apparition de n’importe quel contre-paradigme.

6 – les papiers passés en revue de pair sont vrais et précis
La façon que l’examen de pair a été établie pour le bien des rédacteurs qui n’avaient pas la bonne connaissance dans tous les domaines de leurs journaux. Il a fourni “un contrôle” pour éviter le risque de publier les papiers qui étaient si exotiques que le journal serait ridiculisé et perdrait sa réputation.
En théorie, les critiques devraient être capables de comprendre et reproduire le traitement utilisé par l’auteur(s). En pratique, la science climatique a de nombreux exemples où les auteurs de papiers fortement influents ont refusé de révéler leur jeu complet de données ou les méthodes de traitement qu’ils ont utilisées. Encore plus mauvais, les journaux en question non seulement acceptent que cela arrive, mais ont par la suite défendu le manque de révélation quand d’autres chercheurs ont essayé de reproduire le travail.

Il s’en suit que si le rédacteur d’un journal souhaite rejeter un papier, ce dernier sera envoyé à un critique qui va probablement le rejeter, tandis qu’un papier que le rédacteur souhaite le publier, il sera envoyé à un critique que l’on s’attend d’être compatissant. En 2002 le rédacteur en chef du journal “Science” a annoncé qu’il n’y avait plus de doute que l’activité humaine changeait le climat, quelles sont les chances réalistes de ce journal publiant un papier qui suggère autrement?

About admin

Hardly working for a safe environment including politics to give our grandchildren a better future.
This entry was posted in MOREP NEWS, OPINION and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.